Comment préparer l’achat d’une boutique en ligne ?

Acheter une boutique en ligne n’est pas anodin, d’autant plus quand le montant de la transaction est important. Je vais tenter de vous fournir une liste des choses auxquelles il faut penser avant même la reprise d’un e-commerce.

Cette liste n’est évidemment pas obligatoire ni exhaustive, mais sont juste de bons conseils pour vous assurer une reprise douce (comme de la soie de mûrier).

 

Le statut juridique

Quelle est la société qui va reprendre le site ? Si vous êtes en France, sera-ce une micro-entreprise ? Une SASU ? ou dans le cas d’une association de personnes une SAS ?  Si le shop cible une langue étrangère, peut-être est-il de bon ton de choisir une structure dans le pays du centre économique ? Tous ces choix, vous avez évidemment le temps d’y penser et il sera toujours de bon ton de contacter un avocat fiscaliste et un comptable pour vous aider à opérer ce choix.

Notez qu’il est parfaitement légal d’acheter un site e-commerce en nom propre, mais si celui-ci génère du chiffre d’affaires, alors il vaut mieux lui trouver rapidement une structure juridique pour encaisser sereinement ses ventes, car toutes celles réalisées avant la création de l’entreprise peuvent être qualifiées de travail au noir.

Les transactions d’achat-revente de boutiques en ligne pouvant aller très vite, il est donc judicieux d’y penser avant (sans que cela ne soit un facteur bloquant dans la signature du contrat.) Les sites de mon portfolio, quand ils sont très bons, sont vendus en quelques heures.

 

Les comptes bancaires

Où allez-vous encaisser vos ventes ? Dans quelle banque. En France je recommande d’utiliser Qonto. Elle est ce qu’on appelle ecommerce-friendly et vous aide même à ouvrir vos statuts de société.

Faut-il payer un fournisseur en Chine ? Au Maghreb ? Comment recevront-ils l’argent ? Dans ce cas il est usuel d’ouvrir des comptes Payoneer ou Transferwise pour pouvoir les régler. En général, lors de la transaction, nous vous indiquerons s’il est nécessaire de faire cela pour assurer une reprise en douceur de l’écosystème et du business model.

 

Les processeurs de paiement

Tout ecommerçant qui se respecte se doit d’avoir des processeurs de paiement au taquet. Je recommande donc d’ouvrir son compte Paypal, Stripe, Mollie, 2checkout et tutti quanti pour être prêt le jour de la passation (pour certains, ce n’est possible que si on a une structure juridique !).

Est-ce qu’il faut ouvrir absolument tous ceux-là ? Non évidemment, mais plus il y en a mieux on est protégés contre les mesures plus ou moins injustes de suspension de comptes. Et surtout, on est prêt à encaisser le jour-même où on reçoit les clés de la maison.

Le compte Paypal est même primordial pour ceux qui ont l’intention d’utiliser la publicité Facebook. C’est le moyen de paiement le plus efficace pour ne pas se faire bloquer la carte en plein « scaling » (comprenez augmentation du budget publicitaire – si vous découvrez ce mot, ne m’achetez pas de boutiques qui tournent sous Facebook ads tout de suite).

 

Le budget

Cela semble aller de soi, et pourtant nombreux sont ceux qui viennent me voir sans savoir combien ils sont prêts à allouer à leur acquisition.

Que doit comprendre ce fameux budget ?

Il y a le prix du site ecommerce, certes, mais il faut également prendre en compte le prix des différents outils dont vous pourriez avoir besoin, et surtout le budget marketing et le besoin en fond de roulement.  Je ferai un article plus en profondeur sur ces deux notions. Mais étant donné que beaucoup de processeurs de paiement ne reversent pas les fonds en 24 heures, il faut prévoir de quoi acheter les produits quand le site fonctionne en dropshipping, ou bien de quoi réapprovisionner le stock.

En cas de cession de marque, il faut prévoir également les frais pour en changer le déposant (environ 210 euros de dépôt + 60 euros de frais express environ à l’heure où j’ecris ces lignes).

Et si la cession est complexe et qu’il faut faire intervenir les avocats, il faut également penser à leur rémunération.

 

Vos affinités et vos compétences en marketing

Les vrais entrepreneurs s’en moquent un peu parce qu’ils savent que pour grossir, il faut être un touche à tout et bien s’entourer, mais quand on achète un site e-commerce, mieux vaut avoir une affinité pour les techniques marketing utilisées. C’est plus vrai lors d’une petite acquisition de la part d’un individu que d’une grosse reprise avec des équipes en place. Préférez-vous le marketing d’influence ? La publicité Google ? La publicité Facebook ? Le référencement naturel ? Souhaitez-vous apprendre de nouvelles compétences ou utiliser ce que vous maitrisez déjà ?

Je pense avoir fait le tour des points les plus cruciaux et qui sont parfois occultés par les futurs acquéreurs de shops. Si vous pensez à d’autres choses, dites-les moi en commentaire =)

Comment préparer l’achat d’une boutique en ligne ?

A quoi faut-il penser avant de sauter le pas et acquérir son premier shop en ligne ? Son premier, ou pas d’ailleurs ! Comme on m’a souvent posé la question, notamment lors de la dernière conférence que j’ai pu donner sur l’ecommerce lors de l’ecomday. Merci à Floriane d’avoir insisté dessus ! Suivez donc le guide.

Lire plus »

Achat d’eshop : les marges commerciales de la boutique de niche

Aujourd’hui, je voudrais tacler une question qui me semble importante : est-ce normal que les marges commerciales d’une boutique de niche diffèrent d’un produit à un autre ?

La réponse est totalement oui. On peut souligner des règles mais en réalité, c’est une histoire très spécifique à chaque boutique selon sa stratégie d’acquisition de clients. Evidemment qu’il est plus facile…

Lire plus »

Made with ❤ by Isa. Faire des Footers m'emmerde.

×
×

Panier